Mathieu LATINI

Poseur de revêtements de sols souples

Mathieu Latini

Mathieu, 28 ans, originaire de Lorraine, est arrivé il y a 12 ans sur le Haut-Béarn. Il est titulaire d’un BAC Pro Commerce.

Cependant, il s’est rendu compte que ce n’était pas la voie dans laquelle il souhaitait s’engager. Il s’est donc dirigé dans le bâtiment et durant 6 ans passés en entreprise, il a acquis l’expérience de poseur de revêtements de sols souples.

L’envie de créer sa propre entreprise est le fruit d’une longue réflexion. Il a réalisé que le travail effectué en tant que salarié pouvait être exercé pour son propre compte, à son rythme et avec sa méthode. L’envie d’autonomie et de pouvoir gérer son temps à sa guise ont été des éléments clés.

C’est grâce à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Pyrénées Atlantiqes que Mathieu a intégré le dispositif Entreprendre en Haut-Béarn lui permettant de bénéficier de l’aide nécessaire à la réalisation des prévisionnels et démarches administratives. L’idée du projet était présente mais il manquait la méthodologie.

« J’étais pressé de créer mon entreprise mais pour avancer il manquait toujours un papier puis un autre… c’était un cercle vicieux. Heureusement, ma conseillère m’a toujours aiguillé et donné les bonnes informations, les bons conseils pour gagner du temps et arriver à mes fins».

Sur internet, le flot d’informations contradictoires perd les porteurs de projet.

«  Grâce à ce dispositif, ma conseillère a su identifier mes doutes et y apporter les précisions nécessaires. Je n’étais pas fait pour les papiers et elle m’a vraiment aidé dans toutes les démarches. »

Installée à Moumour depuis le 1er juillet 2018, Mathieu est très heureux et n’a aucun regret : « j’aurais dû le faire avant ». Ses résultats dépassent ses espérances. Aujourd’hui, sa clientèle n’est faite que d’entreprises au travers de contrats de sous-traitance.

L’objectif à moyen et long terme et de diversifier son offre vers les particuliers et de travailler en partenariat avec d’autres entreprises du bâtiment pour se partager les travaux.

En conclusion, Mathieu précise qu’il faut être motivé, prendre son courage à deux mains et foncer, en faisant surtout attention de ne pas aller trop vite :

« Quand on est pressé on a tendance à faire des erreurs, on oublie de prendre certains éléments en compte. »