Marion POEY

Coiffeuse

Marion Poey

Marion 26 ans est une enfant de Geüs d’Oloron, petit village situé à 15 kms d’Oloron.

Elle est titulaire d’un Bac Pro Comptabilité. Elle s’est ensuite, orientée vers la coiffure pour passer un CAP et Brevet Professionnel. Un changement de voie pour réaliser son rêve de toujours, vu que la Comptabilité « s’était uniquement pour faire plaisir à mes parents ».

Avant de se lancer, Marion a acquis 8 ans d’expérience en tant que salariée dans des salons en Aveyron puis sur le Béarn (depuis 2 ans).

Marion explique :

« depuis que je suis revenue sur Oloron, j’ai trouvé une autre mentalité qui m’a incité à créer mon entreprise. La relation avec la clientèle m’a énormément plu et les gens me disaient qu’il y avait un manque de coiffeuse dans cette vallée »

C’est grâce à son propriétaire que Marion a connu le dispositif Entreprendre en Haut-Béarn. Elle a été accompagnée par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Pyrénées Atlantiques tout au long du processus et notamment sur le suivi administratif, la réalisation du prévisionnel etc. Les démarches ont duré 6 mois entre la recherche du local, facilitée par le maire du village, son aménagement et son inscription.

Depuis l’installation, Marion bénéficie d’un suivi régulier.

« J’ai été tellement bien encadrée et dirigée que je n’ai pas vu l’avancement de mon projet. Tout a été très vite.  Si le dispositif n’existait pas, je serai encore en train de monter mon projet ! On ne s’imagine pas le nombre de démarches administratives à effectuer même pour une petite structure ».

Ouverte depuis le 2 juillet 2018, Marion est contente de ses débuts, le bouche à oreille fonctionne bien et le besoin est réel. Le plan de marche est respecté

Elle n’a aucun regret et elle prend un énorme plaisir avec les villageois avec qui elle entretient une relation exceptionnelle.

« Si c’était à refaire je le referai sans hésiter. »

Marion réalise son rêve de petite fille : exercer le métier qu’elle a toujours voulu faire et qui plus est, dans son village. Entre le potentiel commercial et l’existence du local, Marion estime qu’elle n’aurait pas eu une nouvelle opportunité si elle n’avait pas saisi cette chance, alors elle a foncé les yeux fermés sans se poser trop de questions.

Avec le recul, Marion considère qu’il est important de se faire accompagner, ne pas rester seul afin ne pas partir dans de mauvaises directions et omettre certaines étapes de la création qui peuvent être source de pertes de temps et d’énergie. Ce suivi permet de bien mesurer tous les coûts engendrés par la création d’entreprise (loyer, charges etc).

En savoir +